L’une des plus vieilles plantes cultivées par l’humanité

shutterstock_719388394

SWISS MEDICAL CANNABIS LABORATORIES

 

L’origine géographique du cannabis n’est pas certaine étant donné sa répartition mondiale. Néanmoins, les plus anciennes traces archéologiques de son utilisation par l’homme ont été retrouvées en Chine. Au sein d’un des foyers de la révolution agricole néolithique de Xianrendong daté de 8000 av. J.-C. ce qui en fait l’une des plantes les plus vieilles que notre civilisation a adopté. SWISS MEDICAL CANNABIS LABORATORIES

Dans la même région, nous avons retrouvé un carnet regroupant trois cent soixante-cinq plantes médicinales. Le cannabis en faisait partie. Décrit plus tard dans le « Shen Nung Ben Cao jing » (traité des plantes médicinales de l’empreure Shen Nung, environ 2700 avant J.-C.) comme étant une plante aux vertus antalgique, anti-émétique, laxatif, etc…

 

Plus proche de notre continent, en 450 avant J.-C. L’historien grec Hérodote décrit une séance de fumigation collective entraînant l’hilarité des participants. Depuis l’Antiquité, les peuples germaniques cultivaient également le chanvre, au moins pour ses fibres — utilisées pour la fabrication de vêtements et de cordes pour les bateaux.

Epoque contemporaine

Au XIXe siècle, le cannabis était utilisé en Occident pour ses vertus médicinales (voir plante médicinale), sous forme de teinture (extrait alcoolique). Il fut utilisé pour soigner les douleurs menstruelles de la reine Victoria, et était même vendu dans le commerce aux États-Unis. Dans la vieille Europe comme aux États-Unis, cette teinture était l’un des médicaments les plus vendus par les officines de pharmacie.

Mais, à la fin du XIXe siècle, son succès commença à décliner, suite à l’apparition et au fort succès d’autres médicaments tels que l’aspirine.

Affiche diffusée par le Federal Bureau of Narcotics, à la fin des années 1930, et pendant les années 1940, époque de diabolisation du produit (le cannabis est un narcotique puissant qui pousse au meurtre, à la débauche et conduit à la mort).

Le chanvre arriva aux Amériques avec la colonisation. George Washington, premier président des États-Unis d’Amérique, en cultivait sur sa plantation, comme en témoigne son journal. En 1794, il encouragea sa culture auprès de ses concitoyens dans un discours : « Make the most you can of hemp seed and sow it everywhere ». Les Mexicains le cultivaient également et commencent l’exportation des sommités fleuries vers le Texas dès 1910. C’est d’ailleurs aux Mexicains que l’on doit l’usage du mot marijuana qui, à l’origine, désignait une cigarette de mauvaise qualité.

 

Politique de sensibilisation

Durant les années 1920 et 1930, le cannabis envahit le marché noir, devenant très populaire. Face à ce succès grandissant, les autorités mettent en place des campagnes dites de sensibilisation. Les slogans tel que Marijuana is Devil sur fond de diable enflammé. La police des stupéfiants de la Nouvelle-Orléans imputent aux consommateurs 60 % des crimes commis dans la ville. Les journaux reprennent et répandent l’idée que violence et cannabis sont liés, à travers le pays. En 1937, une loi prohibant la possession et l’usage est promulguée.

L’accroissement dans le reste du monde de la production et du trafic de marijuana sont alors préoccupants. Plusieurs gouvernements commencèrent à s’inquiéter. En 1925, la plupart des pays mondiaux adoptent la convention internationale de Genève. Ils s’engagent donc à se battre contre la marijuana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *