Les épilepsies – Le cannabis, potentiel d’amélioration du confort de vie

Les Épilepsies

Dans le monde, près de vingt millions de personnes souffrant d’épilepsie sont pharmaco-résistants aux antiépileptiques, ce qui représente trois cas d’épilepsie chronique sur dix.(1)

De nombreuses études cliniques ont été menées à l’aide de phytocannabinoïdes sur des maladies infantiles comme le syndrome de Dravet, le syndrome de Lennox Gastaut, le syndrome d’Angelman et le syndrome FIRES (Syndrome de l’épilepsie fébrile lié à l’infection).

Où en sont les recherches sur les phytocannabinoïdes et quelles sont leurs actions sur les épilepsies ?

Les différentes épilepsies

Les épilepsies sont un ensemble d’une cinquantaine de maladies neurologiques chroniques, pouvant se manifester à tout âge. Ce sont les troisièmes maladies neurologiques les plus répandues, après les migraines et la maladie de Parkinson, touchant ainsi soixante millions de personnes dans le monde. La moitié sont des enfants.(2)

Longtemps estimées comme des malédictions ou des troubles psychiatriques, les épilepsies sont considérées comme une maladie à partir de 400 av J.C par le célèbre médecin Grec Hippocrate. Par ailleurs, le terme épilepsie vient du grec « επιλαμβανειν » (epilambanein), signifiant « attaquer par surprise ».(3)

Les épilepsies sont plus communément caractérisées par des crises convulsives, des absences et des raideurs musculaires, entraînant des troubles de la cognition, de l’humeur, du sommeil, de l’appétit… Les symptômes de ces différents syndromes épileptiques sont complexes et manquent actuellement de recherches plus poussées.

Le point commun de ces syndromes est la crise épileptique dûe à une excitation coordonnée et anormale de groupes de neurones au niveau du cortex cérébral, pouvant entraîner un dysfonctionnement des autres parties du cerveau. Les crises épileptiques sont caractérisées par deux types(4) :

  • Les crises généralisées, liées à des décharges qui s’étendent sur l’ensemble du cerveau, engendrent des pertes de conscience transitoires (absences) et des signes moteurs pouvant être toniques (contractions musculaires), myocloniques (secousses musculaires), tonico-cloniques (contractions et secousses musculaires) ou atoniques (perte de la tonicité musculaire)
  • Les crises partielles, liées à des décharges ciblées sur une partie du cerveau, engendrent, selon leurs localisations, des troubles de la motricité, de la sensibilité, du traitement sensoriel (anxiété, hyperactivité, inattention) et du comportement. Ces crises partielles représentent deux cas d’épilepsies sur trois et peuvent se développer en crises généralisées

Les phytocannabinoïdes et les épilepsies

L’histoire

Le cannabis serait utilisé pour soulager les épilepsies depuis 2900 ans av J.C, en Mésopotamie(5).
Au Xe siècle, Ali ibn Abbas al-Majusi un célèbre médecin, psychologue et écrivain Perse conseilla à ses patients d’inhaler du jus de cannabis afin de réduire les crises épileptiques.(6)

En 1890, Sir Jonh Russell Reynolds, neurologue et médecin de la reine Victoria des Royaumes-Unis, écrivit dans la revue scientifique britannique The Lancet « Il existe dans bien des cas de prétendues épilepsies chez les adultes… pour lesquelles le chanvre indien est le plus utile des agents, avec lequel je suis familier… et les crises peuvent être arrêtées d’un seul coup avec une dose entière de chanvre ».(7)

La première étude moderne sur les propriétés antiépileptiques des cannabinoïdes eut lieu en 1973, avec le delta-9-tétrahydrocannibinol (THC).(8)
En 1980, des chercheurs ont effectué une étude sur huit patients volontaires avec du cannabidiol (CBD), tout en continuant leurs traitements antiépileptiques habituels. Durant la durée de l’expérimentation, la moitié des patients ont déclaré ne pas avoir eu de crises épileptiques, l’état de trois patients c’est amélioré partiellement, tandis que chez seulement une personne le traitement a été inefficace.(9)

Bien que ces deux précédentes études étaient prometteuses, les essais cliniques sur les propriétés antiépileptiques des phytocannabinoïdes sont réapparus au début des années 2010 grâce à la médiatisation sur internet de cas rares d’épilepsies infantiles (syndrome de Dravet, syndrome de Lennox Gastaut, …). Par sa non-psychoactivité, les recherches se sont alors concentrées sur le cannabidiol (CBD).

34.89  Marge 50%
54.89  Marge 50%
78.90  Marge 50%
105.90  Marge 50%
129.90  Marge 50%
Les chiffres

Une étude menée sur des rongeurs a montré une efficacité significative du cannabidiol (CBD) sur la réduction des syndromes épileptiques.
Cette étude conclue sur le haut potentiel de ce phytocannabinoïde afin de soulager les épilepsies humaines qui sont diverses et dont les antiépileptiques n’agissent plus à bon escient dans certains cas de pharmaco-résistances.(10)

Une enquête a été menée sur une centaine d’enfants épileptiques avec un traitement au cannabidiol (CBD) atteint notamment de spasmes infantiles et du syndrome de Lennox Gastaut.
Les résultats sont encourageants avec quatre-vingt-cinq pourcents de réduction des crises épileptiques et pour quatorze pourcents une absence de crise lors de la durée du traitement qui a duré environ six mois.
De plus, une amélioration du sommeil pour plus d’un enfant sur deux, de la vigilance pour sept sur dix et de l’humeur pour six sur dix. (11)

En 2016, des essais cliniques israéliens ont été réalisés sur soixante-quatorze patients épileptiques incurables âgés d’un à dix-huit ans, à l’aide d’un traitement au cannabidiol (CBD) et une faible dose de delta-9-tétrahydrocannibinol (THC).

Les résultats montrent que chez quatre-vingt-neuf pourcents des malades les crises épileptiques ont réduit. Mais pour sept pourcents, les crises se sont amplifiées entraînant l’arrêt du traitement.
Les chercheurs ont également noté une amélioration du comportement, de la vigilance, du langage, de la communication, des habiletés motrices et du sommeil.

Bien que cette étude montre certains effets indésirables comme la somnolence, la fatigue, les troubles gastro-intestinaux et l’irritabilité. Les praticiens concluent qu’ils souhaitent poursuivre leurs recherches et justifient la probabilité de l’utilisation du cannabidiol (CBD) pour traiter certaines formes d’épilepsies.(12)

Au Mexique, des essais cliniques avec du cannabidiol (CBD) ont été réalisés sur des malades âgés de neuf mois à dix-huit ans atteint du syndrome de Lennox Gastau, d’épilepsies réfractaires non spécifiées, du syndrome de West et du syndrome Ohtahara.
Sur plus de huit patients sur dix, le traitement à permis de réduire les crises épileptiques, dont seize pourcents ont eu une absence de crises.(13)

Par sa non-psychoactivité, les recherches montrent que le cannabidiol (CBD) possède des propriétés antiépileptiques adaptées pour des enfants et des jeunes adultes pharmaco-résistants.(14)

Les récepteurs CB1 du système endocannabinoïde seraient affiliés à l’activité convulsive, selon la manière dont ils sont activés.
Le cannabidivarine (CBDV) possède également des propriétés antiépileptiques. En synergie avec le cannabidiol (CBD), il permettrait d’augmenter leurs propriétés antiépileptiques communes.
D’autres phytocannabinoïdes sont en cours d’expérimentation, comme le cannabigérol (CBG) et le tétrahydrocannabivarine (THCV).

Reportage

Le 28 février dernier, la chaîne publique française, France 2, diffusait un reportage intitulé « L’autre visage du cannabis ».
Ce reportage est centré sur le cas d’une fillette de 9 ans prénommée Kaylah atteinte du syndrome de Dravet.

Le syndrome de Dravet est une maladie génétique rare, entrainant des crises convulsives myocloniques (secousses musculaires) sévères, ainsi que des troubles et des altérations diverses :

  • Retards psychomoteurs et du langage
  • Trouble de la marche, de l’équilibre et de la motricité fine (les mains et les doigts)
  • Trouble du comportement (hyperactivité/ autisme)
  • Troubles alimentaires
  • Troubles du sommeil
  • Affections chroniques des voies respiratoires supérieures
  • Trouble de la régulation de la température du corps et de la transpiration

Le syndrome de Dravet est aujourd’hui une maladie pharmaco-résistante nécessitant un cocktail de médicaments lourds. Des études sont en cours afin de déterminer les gènes en cause.

Le cannabidiol (CBD) permettrait de réduire, voire supprimer, la prise de certains traitements et le nombre de crises journalières. Il ne soigne pas cette maladie mais permet d’améliorer le confort de vie : le sommeil, l’appétit, l’apprentissage, l’humeur

Sources

Michael Backes : Cannabis Médicinal – Ce qu’il faut savoir…

Franjo Grotenhermen – CBD – Un cannabinoïde au vaste potentiel thérapeutique

1 : P Kwan, MJ Brodie – Emerging drugs for epilepsy 

2 : INSERM – Epilepsie, Un ensemble de maladie complexe 

3 : LFCE – D’où vient le therme épilepsie ? 

4 : FFN – Qu’est-ce que l’épilepsie ? 

5 : EC Rosenberg, RW Tsien, BJ Whalley, O Devinsky – Cannabinoids and Epilepsy 

6 : I Lozano – The Therapeutic Use of Cannabis sativa (L.) in Arabic Medicine 

7 : J Russell Reynolds – On the Therapeutical Uses and Toxic Effects of Cannabis Indica 

8 : PA Fried, DC McIntyre. Electrical and behavioral attenuation of the anti-convulsant properties of delta 9-THC following chronic administrations 

9 : JM Cunha, EA Carlini, AE Pereira, OL Ramos, C Pimentel, R Gagliardi, WL Sanvito, N Lander, R Mechoulam – Chronic administration of cannabidiol to healthy volunteers and epileptic patients 

10 : NA Jones, SE Glyn, S Akiyama, TD Hill, AJ Hill, SE Weston, MD Burnett, Y Yamasaki, GJ Stephens, BJ Whalley, CM Williams – Cannabidiol exerts anti-convulsant effects in animal models of temporal lobe and partial seizures 

11 : SA Hussain, R Zhou , C Jacobson, J Weng, E Cheng, J Lay, P Hung, JT Lerner, R Sankar – Perceived efficacy of cannabidiol-enriched cannabis extracts for treatment of pediatric epilepsy: A potential role for infantile spasms and Lennox-Gastaut syndrome 

12 : M Tzadok, S Uliel-Siboni, I Linder, U Kramer, O Epstein, S Menascu, A Nissenkorn, OB Yosef, E Hyman, D Granot, M Dor, T Lerman-Sagie, B Ben-Zeev – CBD-enriched medical cannabis for intractable pediatric epilepsy: The current Israeli experience 

13 : CG Aguirre-Velázquez – Report from a Survey of Parents Regarding the Use of Cannabidiol (Medicinal cannabis) in Mexican Children with Refractory Epilepsy 

14 : O Devinsky, E Marsh, D Friedman, E Thiele, L Laux, J Sullivan, I Miller, R Flamini, A Wilfong, F Filloux, M Wong, N Tilton, P Bruno, J Bluvstein, J Hedlund, R Kamens, J Maclean, S Nangia, NS Singhal, CA Wilson, A Patel, MR Cilio – Cannabidiol in patients with treatment-resistant epilepsy: an open-label interventional trial 

 

Auteur

L’ensemble de nos articles est écrit par Vincent, membre de notre équipe éduqué aux sujets des cannabinoïdes et diplômé d’école de Chimie. Les faits retranscrits au travers de notre blog d’information sont issus de la littératures scientifique internationale, dont les sources sont vérifiables et citées en fin de chacun de nos articles.

Copyright©

L’ensemble de ces données est la propriété de la société SWISS MEDICAL CANNABIS SA., de par les directives 91/250/CEE et 96/9/CE qui accordent respectivement la protection du droit d’auteur aux programmes d’ordinateur et aux bases de données. SWISS MEDICAL CANNABIS SA. se réserve le droit de saisir la juridiction compétente dans le cadre de toute copie ou reproduction de nos informations. Nous nous réservons également le droit d’exercer une saisine pour la demande de Dommages et Intérêt, de par l’article L. 331-1-3 du CPI qui dispose que “pour fixer les dommages et intérêts, la juridiction prend en considération les conséquences économiques négatives, dont le manque à gagner, subies par la partie lésée, les bénéfices réalisés par l’auteur de l’atteinte aux droits et le préjudice moral causé au titulaire de ces droits du fait de l’atteinte.

newsletter

Recevez nos dernières actualités, des informations et promotions sur nos produits

2 Commentaires sur “Les épilepsies – Le cannabis, potentiel d’amélioration du confort de vie

  1. Vernhes Martine says:

    Bonjour
    J aimerais en savoir plus sur ces traitements : indication, posologie, taillée, poids, âge. MA fille fait des crises convulsives epileptoides, et pharmaco résistantes. Je suis prête à discuter avec un praticien.
    Merci de m aider à soulager ma fille

    • Swiss Medical Cannabis says:

      Chère Madame Vernhes,

      Les cannabinoïdes ne sont pas reconnus comme médicament en Europe ni en Suisse, à l’inverse de pays comme l’Allemagne ou Israël par exemple.

      Notre société Swiss Medical Cannabis SA. n’est donc pas en mesure légale de vous donner de conseils quant au traitement de symptômes pathologiques.

      En revanche, vous pouvez en apprendre plus sur les généralités en terme de recommandations et dosages sur notre site internet, en suivant le lien ci-dessous :

      https://swissmedicalcannabis.ch/dosages-et-conseils-sur-la-prise-de-cbd/

      L’ensemble de nos articles est écrit par Vincent, membre de notre équipe éduqué aux sujets des cannabinoïdes et diplômé d’école de Chimie. Les faits retranscrits au travers de notre blog d’information sont issus de la littératures scientifique internationale, dont les sources sont vérifiables et citées en fin de chacun de nos articles.

      De part notre devoir d’information et de conseil et conscient de l’importante demande de renseignements au sujet du CBD (Cannabidiol) et des cannabinoïdes, nous nous efforçons chaque jour d’informer au mieux les usagers et professionnel de Santé, dans le plus strict respect du cadre légal qui nous est imposé.

      Enfin, nous vous remercions pour la confiance que vous accordez à notre société et à nos produits.Enfin, nous vous remercions pour la confiance que vous accordez à notre société et à nos produits.

      L’équipe SMC Laboratories®

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *