CO2 supercritique – Le processus optimal pour l’extraction des composés actifs du Chanvre

Le dioxyde de carbone (CO2)

Le dioxyde de carbone (CO2) est présent naturellement, dans son état gazeux, dans l’atmosphère. Les végétaux absorbent du dioxyde de carbone (CO2) et rejettent du dioxygène (O2), ce processus s’appelle la photosynthèse. Et inversement, les animaux absorbent du dioxygène (O2) et rejettent du dioxyde de carbone (CO2), ce processus s’appelle la respiration cellulaire.[1]

Figure 1 – Processus photosynthése-respiration cellulaire

Le dioxyde de carbone (CO2) est donc essentiel à la préservation de l’écosystème de notre planète. Cependant le développement des industries, la consommation excessive d’énergie fossile et la déforestation augmentent considérablement les émissions de dioxyde de carbone (CO2) déréglant ainsi l’équilibre de la Terre.

L’extraction au dioxyde de carbone supercritique (CO2SC)

Le dioxyde de carbone (CO2) est utilisé, depuis la fin des années 1970 dans l’industrie alimentaire, cosmétique, pharmaceutique et chimique, afin d’extraire certaines molécules des végétaux. [2]

Il est utilisé dans son état supercritique, c’est-à-dire que le dioxyde de carbone (CO2) n’est plus dans un état gazeux ou dans un état liquide. Le domaine supercritique fut par ailleurs expérimenté la première fois en 1822 par le Baron Charles Cagniard de la Tour. [3]

Le dioxyde de carbone (CO2) devient un fluide supercritique lorsque sa température dépasse les 31°C (87,8°F) et sa pression dépasse les 74 bars (ce qui est équivalent à la pression à 750m de profondeur sous-marine).

Figure 2 – Diagramme de phase du dioxyde de carbon, Pression=f(Tempétature)

L’extraction au dioxyde de carbone supercritique (CO2SC) est un processus respectant les douze principes de la chimie verte. [4]-[5]
Le but est de sélectionner les principes actifs de la plante que l’on souhaite extraire en variant la pression et la température dans le circuit d’extraction.

Par ces propriétés physico-chimiques, le dioxyde de carbone supercritique (CO2SC) permet de conserver la pureté de l’extraction.
Il se sépare aisément de l’extraction finale par une simple baisse de la pression dans le circuit d’extraction. [6] .

Figure 3 – Schéma de principe de l’extraction au C02 supercritique (CO2SC)

Le processus d’extraction au dioxyde de carbone supercritique (CO2SC) nécessite des connaissances accrues en Thermodynamique, en Physique et en Chimie.
C’est actuellement la méthode la plus efficace afin d’extraire certains composés de la matière première.

L’extraction au dioxyde de carbone supercritique (CO2SC) permet de conserver l’effet d’entourage des phytocannabinoïdes et de terpénoïdes contenu dans la plante Cannabis Sativa L.

Cependant l’investissement afin de se procurer le matériel adéquate est conséquent jouant ainsi sur le prix du produit final. [7]

-24%
Rupture de stock
209.70  159.81 
-20%
Rupture de stock
259.80  207.90 
-10%
210.00  189.00 

Sources

[1] – La photosynthèse et la respiration cellulaire – Deux fonctions vitales de la cellule

[2] –  K Benaissi – Le CO2 supercritique appliqué à l’extraction végétale (2013)

[3] – Baron C Cagniard de la Tour – Annales de Chimie et de Physique (1822)

[4] – PT Anastas, JC Warner – Green Chemistry : Theory and Practice (1998)

[5] – U Chanshetti – Green Chemistry : Environmentally Benign Chemistry (2014)

[6] – L Danielski, L Campos, L Bresciani, H Hense, RA Yunes, S Ferreira – Marigold (Calendula officinalis L.) oleoresin : Solubility in SC-CO2 and composition profile, Chemical Engineering and Processing (2006)

[7] – L Wang, CL Waller – Recent advances in extraction of nutraceuticals from plants, Trends in Food Science & Technology  (2006)

newsletter

Recevez nos dernières actualités, des informations et promotions sur nos produits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *